CARNET DE VOYAGE

LeS TrésorS cachéS
Du Portugal

 

LISBONNE et l'ALENTEJO


Eh oui, cela fait déjà treize ans,le 18 juillet 2003 exactement, que nous avons découvert Lisbonne et le Portugal.
Souvenirs inoubliables avec une promesse de revenir dans ce si beau et acceuillant pays.

Chose faite pour la troisième fois encore cet été, en juin et juillet, et nous voilà tombés totalement amoureux de cette ville, comme vous allez le voir après ces premières escales...

 

2 0 0 3

 

 

 

 

Cela avait donc commencé en 2003 avec un séjour dans un hôtel, le Solar dos Muros,
perché sur une des septs collines de la ville et qui
se trouve sur les murailles et fondations
d'une ancienne porte d'entrée mauresque du
 CASTELO S.Jorge "Porta de Alfofa",
vieux château sur les hauteurs de Lisbonne,
quartier le plus ancien datant des romains et
des Maures avec son dédale de ruelles
 médiévales où se faufile le petit tramway jaune "28"
bringuebalant et très typique, surtout
à ne pas manquer si vous allez à Lisbonne.

La maison a été entièrement restaurée et
transformée par l'artiste peintre Luis Lemos,
 propriétaire de l'hôtel qui nous a fait
  visiter son atelier et la citerne romaine
qui se trouve sous l'hôtel et qui descend
à 15m de profondeur.

 

 


 

Vue de l'hôtel, la nuit, sur le centre de Lisbonne avec la place du Commerce et dans le lointain les piles du " Ponte 25 de Abril " sur l'estuaire du Tejo, rebaptisé lors de la Révolution des oeillets et dont les lisbonnais sont très fiers, construit
en 1960 sous Salazar par une société américaine d'après les plans du pont de San Francisco !

Le jardin côté atelier sur les remparts romains avec sa petite rivière artificielle
semée de pas en marbre
.

Notre Chambre où nous attendait
un excellent Porto frais dans un très beau vieux flacon,
et sa salle de bain
, (le marbre est de rigueur dans tous les hôtels et pensao au Portugal).

 

 















Et ce premier séjour touristique nous fit découvrir ces fameux "Azulejos", d'une couleur dominante "Azul", bleu en portuguais, mais provenant de l'arabe al ulaycha, technique des carreaux de faïence vernissés apprise des Maures qui la tenaient des Perses, et que l'on trouve pratiquement sur les façades et dans tous les bâtiments anciens de Lisbonne reconstruits après le terrible tremblement de terre du 1er novembre 1755, (excellents isolants thermiques). Tremblement de terre de magnitude estimée de nos jours entre 8,5 et 9 sur l'échelle de Richter, suivi d'un tsunami avec des vagues de cinq à quinze mètres qui submergea le port et le centre ville situés sur le Tage et causa la mort du quart de sa population. Les incendies finirent par détruire la ville dans sa quasi-totalité, la bibliothèque royale et ses 70 000 volumes furent perdus, tout comme des centaines d'œuvres d'art incluant des peintures de Titien, Rubens et du Corrège. De ces archives royales extrêmement précieuses disparurent avec elles le compte-rendu détaillé des grandes explorations réalisées par Vasco de Gama
.

Impressionnant par sa taille et dominant aussi la ville, à deux pas du CASTELO dans le quartier de l'ALFAMA,  le Monastère de Sao Vicente de Fora XVI° siècle, avec sa vue imprenable sur le fleuve à partir du toit.

Remarquables azulejos du XVIII° dans tout le monastère avec 38 panneaux représentant les Fables de La Fontaine !


« La mort ne surprend point le sage », écrit Jean de La Fontaine, dans la fable « La Mort et le Mourant»
 

 
Puis à l'opposé de la ville, l'incontournable "Torre de Belém", monument de Lisbonne construite par Manuel Ier au XV° siècle,
 qui se dresse dans le fleuve et qui protégeait l'entrée du port de Lisbonne.

 
Olivier le touriste dans la Torre !


APRÈS CE PETIT SÉJOUR DE TROIS JOURS À LISBONNE ET DURANT CE PREMIER VOYAGE AU PORTUGAL, ET APRÈS UNE HALTE RAPIDE SUR LA CÔTE A 185 Km AU SUD DE LISBONNE, PORTO COVO, VILLAGE AYANT PERDU TOUT SON CHARME, UN PEU TROP PEUPLÉ ET "BALNÉAIRE" Á NOTRE GOÛT, NOUS AVIONS DECIDÉ DE VISITER CETTE RÉGION ARIDE EN PLEIN ÉTÉ QU'EST - L'ALENTEJO -. ENTRE LE TAGE ET LE FLEUVE GUADIANA, GRANDES PLAINES DORÉES EN CETTE SAISON PAR LES CHAUMES DES CULTURES DE BLÉ et COUVERTES DE FORÊTS DE CHÊNES LIÈGE ET D'EUCALYPTUS, D'OLIVERAIES ET DE VIGNOBLES DONNANT DE REMARQUABLES VINS TELS QUE LA RÉSERVE DE REGUENGOS 99 QUI A ACOMPAGNÉ PLUSIEURS DE NOS DÎNERS;
!

Sur cette route, une escale incontournable,  BEJA.

      

                 Couvent de BEJA   -   Fenêtres Maures en terre cuite
         



                  Grille et fenêtre de la cellule de Mère Mariana Alcoforado, couvent de Beja.

 

 

 

 

 

 

 


                 


ALEGORIA FILOSOFICA - OLEO SOBRE MADEIRA XVII°

ECCE HOMO - OLEO SOBRE MADEIRA XV°

Peintures exceptionnelles se trouvant dans le couvent de Beja

 


Point de Chute pour rayonner dans la région, MONSARAZ, petit village médiéval du XII°, classé à l'UNESCO, sans voiture, entouré de ses remparts sur un piton rocheux qui domine de ses 342m toute la plaine de l'Alentejo avec une vue à couper le souffle jusqu'à la frontière espagnole.

Où nous avons trouvé notre refuge chez l'habitant plus exactement l'habitante, Senhora Honorata Massamo, directrice de l'office du tourisme, qui a eu la gentillesse de nous offrir sa grande hospitalité dans sa superbe maison aux épais murs blancs chaulés, "la casa do Embaixador"
La plupart de ces maisons, typiques de cet architecture rurale sous influence arabe, cachent des petits jardins secrets plantés de bougainvilliers et de cactus qui nous offraient l'éclosion de leurs énormes fleurs blanches et des senteurs incomparables lors de nos promenades nocturnes sur les remparts dans la douceur de la nuit.

Nous n'avons pu résister à cette suite où les murs blanc, la chaleur des pavés en terre cuite, les poutres apparentes et le très beau mobilier d'époque en bois noirs sculptés, cirés ou peints de peintures traditionnelles, créaient une ambiance reposante dans la fraîcheur à l'abri des durs rayons du soleil de cet été.

Cet exceptionnel refuge, taillé sur le flan du piton rocheux, nous a permis néanmoins de rester en contact étroit avec la nature environnante en étant réveillés à 7h. tous les matins par des dizaines d'oiseaux qui nichaient dans un vieux figuier du minuscule jardin privé rempli de fleurs et de papillons, un petit escalier accédait à notre terrasse qui surplombait les toits à l'ouest du village d'où j'ai pu admirer le premier soir avec le cousin Christophe, après un coucher de soleil fantastique, un superbe aigle royal qui a plané dans les courants d'air chaud jusqu'au crépuscule pour chasser ses proies sur la plaine.

 

Dernières images de notre petit coin de paradis car malheureusement je n'avais plus de place dans les mémoires de mon "coolpix",  l'évènement du dimanche avec
"la vacala" organisée dans la cour du château fort du village où nous avons pu admirer le fils très fier de Senhora Honorata Massamo, en torero, qui affrontait un jeune taureau très très méchant (si si..) photo 2 & 3. 


Olivier , Marie et Christophe, ses cousins
qui ne purent aussi résister à ce si beau et paisible village
et séjournèrent une nuit à MONSARAZ avec nous
avant de partir pour la bouillonante Espagne.

Étant au  centre de l'ALENTEJO nous devions visiter et avons pu en effet admirer le très beau patrimoine archéologique et historique parfaitement conservé avec la basilique d'Evora et son architecture monumentale, Marvao avec son château médiéval, Estremoz, Vila Viçosa, Mertola et son église (ancienne mosquée), les différents couvents pour la plupart transformés en Pousada (hôtel de luxe), et pour ne pas trop dépayser Olivier, les Menhirs et  les centaines de Dolmens attestants la présence très ancienne de l'homme dans cette région, comme en Bretagne ! 
Mais il faut bien avouer que nous avions qu'une hâte, le soir, de retrouver notre refuge et la fraîcheur de ses murs ainsi que l'ALCAIDE, l'excellent petit restaurant déniché dans le village, afin aussi, d'assister de notre table au spectacle du merveilleux coucher de soleil sur la plaine de l'Alentejo tout en sirotant un  petit verre  frais de Moscatel de Setubal 91 avant de déguster de superbes poissons grillés au four et servis au plat.

 

ADEUS E ATÉ BREVE !

 

 

2 0 1 5

 

 

"ATOUT COEUR"

RECHERCHE D'UN PETIT COIN DE PARADIS
POUR NOTRE VOYAGE DE NOCES




Eh oui presque 30ans déjà !!



Point de chute pour notre nid d'amour la quartier de Principe Real
avec tous ses superbes jardins environnants
et surtout la " Praça das Flores " avec notre patisserie et salon de thé favori
"Pão de Canela"
pour des brunchs très gourmets et très romantiques


Et Olivier ne s'est pas fait prier pour tomber amoureux de ses jardins luxuriants
et déjà ivre de toutes ces espèces exotiques
quant à moi je mesure et jauge les dangers de ce Jurassic park qu'est le Jardim Botãnico de Lisbonne ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Entre Tyrannosaurus et Velociraptor, je vous avais bien dit qu'il y avait des espèces bizzares, mêmes accrochées sur les grilles de fenêtre en ville !
bon heureusement pas très dangereuses..!!!

 

 

Après la nature, la botanique et l'étude préhistoriques des dinausores,
notre estomac criait famine

 

mais ce petit en-cas sur la terrasse de notre gîte douillet
ne suffisant pas, on a donc décidé de nous rabattre sur notre voisin pizzaiolo

" La Bocca Al Lupo "

pour deux excellentes pizzas au feu de bois faites par mains de maître

 

L'appétit venant en mangeant nous continuons les jours suivants notre voyage gastronomique
avec le meilleur restaurant de viande de Lisbonne, appelé le Boucher
ou " ATHALO Real "
comme son nom l'indique toujours sur Principe Real
dans le cadre fantastique, la nuit, du
Jardim Botãnico et de ses arbres centenaires

 

Bon la gastronomie à Lisbonne sans poisson c'est une injure à ses habitants
donc cette fois-ci notre choix s'est porté sur l'excellente adresse aussi sur Principe Real
" A CEVICHERIA "
spécialiste du poisson cru..

 

toute l'équipe sous l'autorité de son chef "Kiko" officie devant vous, si vous avez la chance comme nous l'avons eu d'être plaçés au comptoir


mon plat, ceviche de homard, oeuf de sumon,
mousse d'avocat et patate douce à l'encre de sèche

 

Et beaucoup plus traditionnel et non moins remarquable par la fraîcheur
du poisson et les quantités servies, à un prix défiant toutes concurrences "françaises"
même sur le Vieux-Port of Marseille..!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Notre séjour 2015 se termina ainsi après un retour de la plage
avec un de nos amis français

 

 

ADEUS E ATÉ BREVE LISBOA !

 

 

 

2 0 1 6

 

Et nous voilà de retour,
tout en images, prises par nous-mêmes et nos amis
durant ces dernières vacances


E Viva LISBOA e PORTUGAL..!

 


Vues d'avion exceptionnelles prises par notre ami Didier, avec l'arrivée sur Lisbonne et la côte de 10 km de Costa da Caparica sur l'Atlantique


AFIN D'ANALYSER UN PEU PLUS CETTE VILLE CAPTIVANTE QU'EST LISBONNE ET LA GRANDE HOSPITALITÉ DES PORTUGAIS, NOUS NOUS ÉTIONS DONC PROMIS D'Y REVENIR POUR UN PLUS LONG SÉJOUR CETTE FOIS-CI EN TANT QUE LISBOÈTES.

AYANT APPRECIÉ LES PRESTATIONS DE NOTRE LOUEUR D'APPARTEMENT EN 2015, NOUS AVONS DÉCIDÉ DE LUI LOUER EN DIRECT SON PLUS BEL APPARTEMENT, DANS NOTRE QUARTIER DE PRÉDILECTION "PRINCIPE REAL", AU PIED DU
JARDIM BÕTANICO, NOTRE GRENIER "ROYAL ATTIC" NOUS A COMBLÉ..

 


Pièce principale superbe avec cuisine ouverte,

appartement climatisé, baigné de lumière, donnant sur une grande baie vitrée avec une vue exceptionnelle sur le Parlement, le Tage et une partie du pont du 25 April



décoration rafinée mélant le contemporain et l'ancien,



et lit "king size" pour la chambre avec balcon


Vue panoramique depuis le séjour et la chambre


avec la flèche de la basilique d'Estrela au centre en haut


Côté Parlement et le fleuve Tage

Et notre appartement et cuisine avec tout le nécessaire se sont fort bien prêtés à la convivialité ..




et bons dîners organisés avec nos amis, Emmanuelle et Yassine qui nous ont rejoints quelques jours, louant dans la même rue un studio.


Mais aussi à la gastronomie portugaise à laquelle
je me suis "frotté" avec toujours l'aide d'Olivier pour dresser de jolies tables ;

Pour exemple ce petit dîner à quatre avec Didier qui nous a rejoint aussi une semaine après ;



Apéritif
Champagne brut Ruinart

Toasts à la baguette de Julien Letartre, boulanger français et "lisboète",
que nous avait gentillement apportée notre ami et convive franco-portuguais Philippe Olivera,
fromage bleu, huile d'olive Casa Soveral, et figues rôties du marché de Campo de Ourique.

Carne de porco alentejana aux couteaux

PÊRA GRAVE Tinto 2013
et MEANDRO Quinta do Vale do Meao Douro Tinto 2013

Soupe de pêches au basilic
avec son "Tradicional Pão-de-laò"






Eh oui on ne m'enlèvera pas les chromosomes bourguignons..!



Et notre hôte Philippe Olivera, franco-portugais qui tenait une brasserie aux Chartrons à Bordeaux,
que nous avons eu la joie de rencontrer dans le bus 135 qui nous ramenait de la plage.
Après avoir vendu son affaire, il a fait le choix de venir s'installer à Lisbonne.

Nous avons eu le plaisir de découvrir la ville grâce à lui et en dehors des sentiers battus par les touristes,
et particulièrement le quartier de Graça en cours de réhabilitation par la Mairie avec un excellent restaurant portuguais pour le déjeuner
et tout cela pendant la surveillance du chantier de son appartement en cours de restauration,
appartement qu'il vient d'acquérir dans le quartier de Santos, pas très loin du Parlement et de la basilique d'Estrela.

Nous lui en sommes fort reconnaissants.

 

 

Il nous fallait absolument faire nos emplettes,
notre choix se porta sur le nouveau marché, "Mercado Campo de Ourique"
nettement moins touristique que celui de Cais do Sodre, le "Mercado Da Ribeira", d'autant plus agréable à visiter
que sur son chemin depuis l'appartement se trouve le magnifique jardin d'Estrela et sa basilique.
Jardin très bien entretenu (le parlement est voisin..), parcemé de petits lacs, étangs, fontaines et espèces arborescentes,
comprenant de nombreuses plantes tropicales provenant d'Afrique , de l'Inde et du Brésil .
Ainsi qu'une grande population de canards, tortues d'eau, d'oies et de cygnes divers, paons,
et autres oiseaux sauvages qui viennent s'y rafraîchir.


 

 

 




Dans les jardins de Lisbonne en centre ville, dès les premiers jours de l'été, éclosent de superbes agapanthes d'un bleu vif .


notre paon dans les sous-bois où se côtoient cactus et autres plantes tropicales, et notre ami le cygne noir du jardin d'Estrela

 


Après cette montée "cardio" pour atteindre Estrela, eh oui rien de tel que les sept collines de la ville pour faire les mollets et muscler son coeur..! mais récompensés par notre halte paradisiaque
dans ce très beau jardin, nous atteignons notre marché, où nos provisions de fruits, figues mûres à point, pêches odorantes et oranges juteuses et sucrées à souhait pour le petit déjeuner, d'excellentes charcuteries et succulentes boîtes de sardines cuites au feu de bois nous attendaient, sans oublier le stand de poissons frais où je ne pus résister à l'envie d'acheter trois beaux encornets pour les farçir
à la provençale pour le dîner du soir même avec nos amis parisiens.

 


Quelques belles photos de nos ballades en ville et de ces "trésors cachés" capturés par les "Smartphones"..


Travessa do Marta Pinto à Belem

Praça de S.Paulo

Fronton de porte en Azulejos du XVIII°

 

 



En panoramique depuis le "Miradouro da Graça" où nous a conduit Philippe, vue imprenable sur le centre ville, mais aussi sur le Château de São Jorge et le Tage avec le pont du 25 April, dans un cadre des plus romantique à l'ombre d'arbres centenaires et de l'Église de Graça du XVIII° vouée aux femmes stériles. Belvédère dédié à la poétesse portugaise Sophia de Mello Breyner Andresen, disparue en 2004 et qui avait pour habitude d'y venir admirer l'une des ses principales sources d'inspiration; la ville de Lisbonne elle-même.

 

 

Puis lieu des plus exceptionnel, le "Palais Alverca" - «Casa do Alentejo» - du XVII°, en plein centre ville au coeur de Rossio,
club où il n'est pas rare de trouver de vieux membres endormis dans de gros fauteuils en cuir,
architecture fantastiques des mille et une nuits de style arabe pur Hispanique.

 

 

En cette ville pas encore envahie par "la mondialisation"

 

Olivier et moi-même, pas seulement contemplatifs, mais de plus en plus interrogatifs sur une nouvelle vie au soleil...

 

 

Et il y a de quoi !!

Quelques Azulejos trouvés sur les immeubles lors de nos promenades en ville



Sans oublier de pousser certaines portes non accessibles aux touristes mais récompensés par un accueil inégalé
tel que ce temple luthérien, aussi du XVII° dans le quartier de Santos, près de l'ambassade de France


coupant le souffle à notre ami Dider, ébahi par la beauté de ce lieu de culte si simple et tellement paisible

 

avec encore un fantastique bougainviller rouge coiffant le toit de l'hôtel attenant.

 


Pour changer de registre et retrouver la vie frétillante de la ville, endroit beaucoup plus insolite et certainement très coquin dans les années 1900,
où l'on peut tout à fait imaginer quelques fumeurs d'opium entourés de jolies mondaines, mais aussi par sa décoration hétéroclite et art nouveau,
le salon de thé " Pavilhão Chinês " au Bairro Alto à la sortie de Pirncipe Real

 


Et notre descente un soir avec Emmanuelle et Yassine dans les rues de ce quartier du Bairro Alto, hautement chaud de Lisbonne pour sa vie nocturne,
principalement dans sa Rua do Diario de Noticias, où nous sommes tombés par hasard sur un petit bar le " Tasca di Chico "
et avons eu la chance vers les minuits de pouvoir encore écouter du Fado,
frissons garantis en sirotant une excellente sangria !

 

 

 

Et "Finalmente"
chaud chaud chaud la nuit lisboète ..!!

 

Allez un petit bol d'air..



Avec une excursion à Cascais à 30km, pour connaître le "St-Tropez" de Lisbonne

 


Très vite oublié grâce à ce somptueux palais du Comte Castro Guimarães, en périphérie près de la marina,
rempli d'objets d'art, de tableaux, bijoux, porcelaines et mobiliers indo-portugais,

 


 

 

Retour en notre chère ville


Petit arrêt derrière la maison pour quand même photographier Le Palais de São Bento, où l'Assemblée de la République portugaise,
mais aussi pour augmenter notre collection de ...

 

nos très beaux petits soldats de la "Guarda Nacional Republicana"
pas si en plomb que ça..!!

 

 

Puis halte culturelle obligée dans le superbe "Museu Nacional de Arte Antiga" dans la quartier de Santos

 


Aquamanil faïança XVIII°

Assinado por Bosch, este tríptico integra os quatro elementos do Universo (céu, terra, água e fogo) tornando-os cenário de personagens horrendas. Hertogenbosch, c 1450-1516

 


Salomé com a cabeca de Sao JoaoBatista; LucasCranach, c1472-1553

 

 

 

Après les antiquités, direction le marché très touristique de Cais do Sodre, le " Mercado Da Ribeira "


tout en profitant d'un courant d'air frais avec Dider dans l'incroyable immeuble de la société d'électricité du Portugal ADP
que vient de construire l'architecte Aires Mateus,

 

" j'essaie de prendre mon envol en gros cormoran que je suis vers ce Lisbonne du XXI° siècle..

 

 

Enfin ce grand marché "Mercado Da Ribeira"
temple de la grande bouffe "gastronomique touristique" de Lisbonne ouvert il y a deux ans
endroit très bruyant et beaucoup trop peuplé à notre goût

heureusement qu'il subsiste à côté le vieux marché avec ses étals fort bien remplis
mais notre choix a néanmoins été fait sur celui de Campo de Ourique à Estrela, qui plus est plus près de l'appartement
et avec les mêmes prestations dans une ambiance beaucoup plus raffinée

 

 

Nouvelle halte cette fois-ci gastronomique, au restaurant argentin "LA PAPARRUCHA" toujours sur Principe Real,
avec notre table près des fenêtres offrant une des plus belles vues sur Lisbonne



Que vais-je manger poisson ou un "Grilled Tenderloin Steak argentin" sauce au trois poivres..?


Moi c'est tout trouvé la Bacalhau m'a adopté !

 

 

Un bruit court, enfle dans toute la ville "LE PORTUGAL en finale de l'EURO 2016".. va gagner !!

Bon on y va et on s'accroche.. !!

goto Baixa et "Praça do Comércio"

 

" aller je prends des risques et il faut bien encourager la troupe..!! "

 

 

Après cette belle claque, mission urgente, honteux, "comment camoufler le drapeau français !!"
que l'on a vite retirer du balcon

 

vraiment pas concluant, là ça passera mieux..!!

et puis ZUT à la France !

et Gnagnagnagna (réplique d'un de nos célèbres phylosophes "académicien"..) !!!!

 

 

Après ce coup de chaleur et folle nuit, retour vers la vraie chaleur des dunes et de l'air marin
avec notre "TRANSPRAIA" direction
"PRAIA DA BELA VISTA"
dans la réserve naturelle de Costa da Caparica

 
Le petit train
S'en va dans la campagne
Va et vient
Poursuit son chemin
Serpentin
De bois et de feraille
Rouille et vert de gris
Sous la pluie

Il est beau
Quand le soleil l'enflamme
Au couchant
à travers champs

(Rita MITSUKO - 1988-)

 

 

Et voilà retour dans les nuages vers la France avec le soleil couchant du Portugal
et cette très belle photo de Didier

 

ADEUS LISBOA